Journées portes ouvertes TAG !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Journées portes ouvertes TAG !

Message  Cyril le Sam 14 Mai - 21:32

Nico38320 a écrit:Sémitag
Activité : Transports collectifs

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Sémitag, verte sur toute la ligne Le réseau bus-tramway de l’agglomération grenobloise est exploité par la Sémitag (Société d’économie mixte des transports de l’agglomération grenobloise) pour le compte du SMTC (Syndicat mixte des transports en commun). Au total, 25 lignes régulières composent ce réseau, dont quatre lignes de tramway, qui fonctionnent également en soirée. Lors des Journées portes ouvertes, le grand public est invité à découvrir le centre de maintenance de Gières (le terminus de la ligne B).

Accès à la visite
Parking, tram B

Accès aux personnes à mobilité réduite : oui

Coordonnées
1, rue des Glairons
38610 Gières
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Qui pour y aller un de ces jours ?
L'heure aussi...

Agoradu38 a écrit:Il y a aussi la JPO au standard 216 le 15 et 16 Septembre : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

tcrb a écrit:Agoradu38 : tu t'es trompé d'année car ton lien c'est 2011...

Nico38320 a écrit:Oui c'est bien vrai, L’Histo Bus Dauphinois sera ouvert pour les Journées du Patrimoine, les 15 et 16 septembre 2012.

Nico38320 a écrit:ledauphine.com, 28 août
Le 22 septembre, conduisez le tram !

Dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité (du 17 au 23 septembre), la Sémitag propose durant tout l’après-midi du samedi 22 septembre, à des visiteurs préalablement inscrits, de s’installer aux commandes d’un tramway et de le conduire sur une voie d’essai de 220 mètres, située sur le site d’exploitation de Gières.

L’après-midi sera également agrémenté, pour les personnes inscrites, de visites des ateliers de maintenance du tramway et du service Métrovélo ainsi que d’une présentation détaillée du fonctionnement d’un tramway et de sa conduite.

Les inscriptions (limitées à 200 places) sont dès à présent ouvertes par téléphone au 04 76 20 66 24, du lundi au vendredi de 9h à 17h.
Source [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Agoradu38 a écrit:ça fait 2 ans que je rate cette évènement pas question que je rate cette fois ci.

Nico38320 a écrit:Je me suis inscris, je passe à 15h30 ! Very Happy

Agoradu38 a écrit:
Le tram conduit par des pilotes en herbe


Assise aux commandes du tramway, Marie, 10 ans, doit tendre un peu la
jambe pour appuyer sur la pédale du gong qui annonce le départ. Serrée
sur le manipulateur, sa main gauche ne tremble pas et elle le pousse
vers l’avant dès qu’il est temps de partir. La rame de 44 mètres de long
s’ébranle immédiatement. C’est à peine si la vive accélération imprime
une hésitation dans le regard de la jeune fille, vissé sur les rails qui
lui font face… Enfants et parents confondus, deux cents personnes, sont
venus s’essayer au pilotage du tramway et à la découverte des coulisses
de la Semitag, hier, sur le site d’exploitation de Gières.
« Ça marche du tonnerre ! »

«
C’est la quatrième édition de cette manifestation qui marche du
tonnerre : les inscriptions étaient complètes au bout de deux jours. On
limite à 200 places, pour que tout le monde puisse conduire », souriait
Philippe Gonnard, directeur marketing et commercial de la Semitag, en
début d’après-midi, dans le grand hangar où dorment les rames Citadis et
TFS. Là, en préambule à la session de pilotage, des agents de la
Semitag commentaient des visites des ateliers de maintenance et
présentaient dans le détail le fonctionnement et la conduite d’un
tramway.
Un exposé plutôt éclairant pour les usagers réguliers du
tram, venus les poches remplies de questions. Parmi d’autres : «
Pourquoi le conducteur me ferme la porte au nez alors qu’il m’a vu
piquer un cent mètres pour attraper la rame ? »… La curiosité du
sprinter sera vite satisfaite : il apprendra ainsi qu’une réouverture de
porte retarde le tram d’une quinzaine de secondes, qu’un tramway qui
prend du retard reçoit aussi davantage de passagers à chaque arrêt, ce
qui accentue mécaniquement son retard… Sachant que les rames se
succèdent en moyenne à trois minutes d’intervalle, on comprend mieux
l’inflexibilité du pilote.
Cinquante-deux tonnes, à 30 ou 40 km/h

Une
fois installés dans son siège, d’ailleurs, les apprentis du jour ne lui
en voulaient sans doute plus du tout. Certes, la voie d’essai, longue
de 220 mètres, est parcourue en une poignée de secondes, mais elles
suffisent à prendre conscience que la conduite d’un engin de
cinquante-deux tonnes, à 30 ou 40 km/h et parfois davantage, est tout
sauf une promenade de santé. A fortiori dans un environnement urbain où
se croisent tous les modes de transports, piétons compris. « Ça fait
peur parce qu’on a l’impression qu’on ne s’arrêtera jamais. Ce n’est pas
compliqué à conduire, mais au démarrage, la sensation est forte, on a
presque l’impression de décoller », avouait Nicole, au sortir de la
cabine. Elle aura surtout saisi que les conducteurs, eux, doivent
toujours garder les pieds sur terre.
À première vue, la chose est
aisée : à gauche sur le tableau de bord, une manette – le
“manipulateur”. À droite, un gros bouton rouge “coup de poing”. Ce
dernier est destiné aux freinages d’urgence. « Un petit gong avec la
pédale de gauche, et on y va ». Le conducteur instructeur a la sérénité
communicative. De sa main, il guide celle du novice, un peu rétive à
pousser vers l’avant ledit manipulateur. « On appuie tout doucement sur
les deux-trois premiers mètres » : car la rame, elle, prend rapidement
de la vitesse. « 978 chevaux ! », confirme le professeur.
Après
les premiers tours de roue, « on pousse jusqu’au bout pour aller
chercher le fond de traction ». Déjà, le compteur digital indique
40 km/h. Là, on laisse la manette retourner en position neutre :
l’inertie est suffisante pour que le tramway poursuive sa route sans ses
moteurs…
Deux cent vingt mètres, c’est vite passé : il est temps
de freiner. Pour cela, on tire le manipulateur vers l’arrière, ce qui
déclenche le freinage rhéostatique et mécanique. Il s’agit de
s’approcher au plus près d’un plot de plastique orangé – mais sans le
toucher : « Ce pourrait être un piéton », s’entend-on préciser. La vie
humaine n’a pas de prix. Une rame de tramway Citadis, si : 2,5 millions
d’euros. Il ne s’agit pas non plus de l’érafler.
On médite encore
l’expérience quand on sent soudain la rame repartir en sens inverse : à
l’autre extrémité du tramway, un petit garçon a assez patienté.
Source : ledauphine


Cette journée là était superbe. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Cyril

Messages : 24403
Date d'inscription : 29/01/2010
Age : 26
Localisation : Quelque part entre la fiction et la réalité

http://www.aufildeslignes.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum